0item(s)

Vous n'avez pas d'article dans votre panier

Product was successfully added to your shopping cart.

David Lagacé

David Lagacé

On pourrait dire de David Lagacé qu’il est partout. Ou presque. Et ce, depuis longtemps. Du art rock de Louize jusqu’à la pop allumée de La Famille Ouellette, groupe au sein duquel il rafle la première place aux Francouvertes en 2016, en passant par le folk ambiant de Fire/Works, le rock poétique de Nicolet et l’électro-folk d’Etienne Dufresne, David Lagacé a mis à contribution ses talents au profit d’une multitude de projets de l’écosystème québécois. La route fut belle. Elle l’aura mené au Canada et aux États-Unis, avec quelques pit stops sur les scènes de festivals notables tels qu’Osheaga, les Francos de Montréal et le Festival d’été de Québec.

L’histoire pourrait s’arrêter après ces quelques lignes, mais au contraire, c’est ici qu’elle s’amorce véritablement. Attiser l’attente, créer la tension, pour mieux la soulager. Après plus d’une décennie à épauler les uns, à entourer les autres et à laisser planer au détour d’une conversation le mystère d’une musique certaine qu’il cultive en solo, le voici qui embrasse le spotlight.

Compositeur, producer, réalisateur, chanteur, multi-instrumentiste et guitariste pigiste (notamment pour plusieurs émissions de variétés comme le Gala Juste Pour Rire, Le Show de Rousseau, Sans Rancune), David Lagacé a du chien, du style. Sur Super Bulldog, ce premier album de sept titres qu’il aura pris le temps de penser, construire et fignoler à sa guise, il en fait la démonstration agile. Entièrement composé et réalisé par l’artiste (à l’exception de la pièce «All At Once», où il collabore avec Charles-David Dubé des groupes Le Havre et BAAB) avec, derrière la console, le soutien de son complice de longue date, Jean-Bruno Pinard (Les Louanges, Laurence-Anne, Hubert Lenoir, etc.), ce premier effort est l’antithèse d’un acte manqué.

Sans excuse ni permission requise, le son David Lagacé en est un qui frappe le mille par son adresse tandis que l’étincelle malicieuse et la langue juste assez mauvaise s’y alternent le beau jeu. Menée par le beat et les synthés, sa signature particulière se concrétise par des arrangements texturés, complexes, qui se laissent, sans résistance, alléger par des mélodies accrocheuses. Une question d’équilibre, quoi. L’artiste l’a compris. La voix précise transpirant le sex appeal, et surfant sur des bases indie-rock desquelles il s’affranchit partiellement au profit d’influences soul, du hip-hop et du R&B, l’auteur-compositeur interprète lance une proposition intrigante : les racines discernables, mais la matérialisation, inattendue. Traitant de sujets parfois sombres ou énigmatiques en les faisant respirer, l’artiste donne lieu à un univers à la fois entraînant et brumeux. Un tout qui coule bien dans ses virages et dans ses transitions.

Partager cette page

Singles